Entre Noël et le réveillon du 31 décembre, nous sommes partis quelques jours à Paramaribo avec nos amis J&J et leur loulou.


Nous avons auparavant du refaire les passeports des enfants. J'avais lu avant de partir de métropole qu'il était moins cher de les faire ici. C'est vrai, mais il faut cependant s'armer de patience ... Je vous passerai les détails de nos aventures à la mairie !


Il faut ensuite aller acheter un visa, appelé carte touristique, au consulat du Surinam. 22 euros par personne.

De Saint Jean, nous avons pris un taxi, puis à Saint Laurent une piroque, puis à Albina un autre taxi pour les 2 heures de route que nous séparait de la capitale. (Deux taxis en réalité, les mecs dans l'un, les nanas dans l'autre. Noah Louise et Lily-Rose était avec les filles et donc ils ont pu profiter du karaoké ... Notre chauffeur nous a mis des tubes des années 80 !).

Arrivés sur place nous avons eu un peu de mal à trouver notre hotel, le "Résidence Inn". Hotel moyen, des chambres sans charme, une piscine douteuse mais un joli jardin. Nous n'avions pas pu avoir de chambres dans l'hotel que l'on nous avait recommandé (le Krasnapolski), voilà donc un prétexte pour y retourner !

Pendant ces quelques jours, nous avons mangé Mac Do, Mac Do et puis aussi Mac Do. Nous étions en sevrage depuis 6 mois !!! Nous n'y avons quand même pas pris tous nos repas. Nous avons, entre autre, mangé dans un resto coréen, nous nous sommes régalé !

Nous avons visité le "zoo" (je mets des guillemets car c'est un parc assez petit avec assez peu d'animaux mais les enfants ont tout de même passé un bon moment). Nous avons aussi fait du shopping. Il y a un centre commercial assez sympa, l'Hermitage Mall dans lequel il y a des boutiques à l'européenne contrairement au centre ville où l'on retrouve les mêmes "chinois" qu'à St Laurent ou Cayenne.

Un petit séjour sympa, nous y retournerons, surement sans les enfants cette fois, pour découvrir le côté historique de la ville classée au patrimoine mondial de l'Unesco.


Photos dans l'abum "Paramaribo, décembre 2012"